Pourquoi adopter une communication inclusive et accessible ?

Saviez vous que le masculin générique n’est pas neutre ? Et, saviez vous qu’environ 40% de la population est confrontée à des textes dont elle ne comprend pas la signification ? Adopter une communication inclusive et accessible est essentiel pour favoriser l’équité, promouvoir la diversité et garantir une interaction ouverte à toutes et tous.

La communication inclusive pour plus de diversité et d’égalité dans la société


La communication non inclusive a un impact sur notre cerveau et les conséquences sont visibles dans la société.

Les effets du masculin générique sur nos cerveaux

Dans le livre de Pascal Gygax, Sandrine Zufferey et Ute Gabriel, « Le cerveau pense-t-il au masculin ?», sont nommées différentes études scientifiques montrant que l’usage du masculin générique crée dans notre cerveau des images mentales masculines.

Les recherches en psycholinguistique indiquent de manière consensuelle que même lorsqu’un terme au masculin est employé de manière générique, le cerveau humain l’associe spontanément à un homme ou à un garçon. Cette interprétation est la plus rapide à considérer pour le cerveau. Le langage non inclusif, utilisé par (presque) tout le monde, participe donc à invisibiliser les femmes dans la langue et donc dans la société.

Dans l’ouvrage « Le cerveau pense-t-il au masculin ?», est mentionnée l’étude de Chatard-Pannetier et ses collègues (2005). Celle-ci confirme que les adolescentes ont davantage confiance en leur capacité à réussir dans leurs études, lorsque les professions sont décrites avec des formulations incluant à la fois le masculin et le féminin, par rapport à une présentation exclusive au masculin. D’autres travaux indiquent que la conviction d’une personne quant à ses aptitudes à réussir (ou échouer) revêt une importance équivalente, voire supérieure, à ses compétences réelles. La communication a des répercussions significatives sur nos choix et notre avenir. Communiquer de manière à inclure autant les femmes que les hommes, est une manière de donner les mêmes chances à toutes et tous.

La communication inclusive pour ne plus invisibiliser les femmes

Pour ne plus invisibiliser les femmes, il faudrait commencer par leur donner leur place dans la langue française. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le masculin ne l’a pas toujours emporté sur le féminin. C’est au 17ème siècle que cette règle est apparue. Avant cela, les femmes avaient la même place que les hommes dans la langue française. Les accords grammaticaux favorisaient les accords de majorité et de proximité, par exemple. Avant le 17ème siècle, si l’on parlait d’un groupe, composé de 90 femmes et 5 hommes, on pouvait naturellement dire : « Elles se sont regroupées ». Cela semble peut-être bizarre ou choquant aujourd’hui, et pourtant, avant le 17ème, c’était la norme. Le masculin ne l’a donc pas toujours emporté.

D’ailleurs, à l’époque, les métiers exercés par les femmes étaient tous nommés au féminin. Pour beaucoup de métiers, ce n’est plus le cas depuis le 17ème siècle, même si lentement, on se réapproprie des mots perdus de vue. On parlait de poétesses et de professeuses par exemple. Aujourd’hui, utiliser ces règles de grammaire (règle de majorité par exemple) ou des termes féminins oubliés, est une manière de rendre les femmes visibles dans la langue, et donc au sein de la société.

La communication accessible : pour rendre l’information compréhensible par tout le monde

Communiquer en langage clair et accessible, permet de faciliter la transmission de l’information en s’adaptant à son lectorat ou à son audience.

Les effets positifs du langage clair et accessible

Selon une étude réalisée par Occurrence en 2019, 41% des participant·es ont déclaré avoir rencontré des difficultés de compréhension devant certains textes. Cette étude révèle que le niveau de diplôme est un critère déterminant, influençant la compréhension quotidienne des textes. Les personnes avec un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat étaient plus susceptibles de se confronter à des textes dont la signification leur échappait, par rapport à celles et ceux ayant un diplôme de niveau bac+3 ou plus. Ainsi, il ressort que la rédaction de textes complexes peut engendrer des discriminations.

D’après la même enquête, 81% des Français et Françaises accordent leur confiance à une marque ou une entreprise qui communique de manière claire et transparente. Il devient donc impératif de donner une attention immédiate à cette question. L’adoption d’un langage clair et accessible permet non seulement d’écrire de manière à être lu et compris, mais aussi de conférer de la crédibilité à son entreprise, son discours, ou sa marque. En optant pour un discours ou des textes accessibles, on accroît l’impact et on favorise la clarté du message, créant ainsi des bases solides pour une communication efficace.

Communiquer en langage clair pour ne plus discriminer

Communiquer en langage clair et accessible permet de ne pas discriminer :

  • les personnes fatiguées, stressées ou ayant une forte charge mentale ;
  • les personnes non natives francophones ;
  • les personnes ayant des troubles psychiques ;
  • les personnes ayant des déficiences visuelles ;
  • les personnes atteintes de troubles cognitifs (troubles dys-, trouble du spectre de l’autisme, etc.) ;
  • les personnes avec des déficiences visuelles.

Conclusion

Adopter une communication inclusive et accessible est crucial pour garantir l’égalité d’accès à l’information, promouvoir la diversité et créer un environnement où chaque individu, quel que soit son contexte, se sente entendu et respecté. Cela favorise une société plus équitable et une compréhension mutuelle accrue.

A lire également